Le blues du retour

Lasvegas_blues à la une

Quelquefois la nostalgie du retour est à la hauteur de l’impatience du départ. C’est dire. C’est pas qu’on n’avait pas envie de rentrer mais on se serait bien vu rester là-bas plus longtemps. Juste un peu plus. Non, beaucoup plus en fait. Evidemment ce serait trop fastoche d’ouvrir ses valises et de rester à l’issue du temps imparti. Ah bon ?? Fallait rentrer ?! Excusez-moi, je n’avais pas fait attention ! Oui mais voilà, après l’heure, c’est plus l’heure. Fin du séjour, merci, bonsoir. Tout juste bonne à essuyer ma petite larmichette et monter dans l’avion. Attachez vos ceintures, retour à la réalité. Snif… Maintenant j’ai le blues.

J-7

Remettons-nous en situation. Dans 7 jours, le Grand Jour. Une semaine avant le moment fatidique de dire « I do ». J-7 avant qu’on m’appelle Madame ! Et à quoi pense-t-on à quelques jours de son mariage ?!  Il est 4h14 en ce moment à Las Vegas… Il fait 33° aujourd’hui à Las Vegas… La question est aussi vaste que la réponse est évidente et je pense que le mot qui résumerait le mieux mon état d’esprit à J-7 est IMPATIENTE 🙂 Impatiente d’être en vacances, de repartir, de rencontrer notre officiant, de découvrir notre hôtel, de quitter la grisaille de Normandie. Pressée aussi de manger un énorme burger et une portion de frites bien salée (chacun ses plaisirs !) Curieuse de vivre tous les instants que nous avons imaginés, la journée du mariage, la cérémonie. Ne tenant plus de profiter de la chaleur et du soleil, de partir sur les routes, d’explorer de nouveaux paysages. De revoir Vegas.

Toucher au but

A J-7, on se dit qu’un an d’attente et de préparation touchent à leur fin. Les préparatifs auront rythmé notre vie ces derniers mois et à présent le grand jour se profile. L’aboutissement de tout ce que l’on s’est imaginé, de tout ce que l’on a prévu pour rendre la journée exceptionnelle. Et bientôt nous allons la vivre. Bientôt cette journée sera bel et bien réelle. Il n’y a pas de stress, juste l’irrépressible envie d’y être.

J+7

Avouons-le tout de suite, le retour à la réalité est aussi rude que le départ était grisant. Dire au revoir à mon cher Voyage et remettre à l’année prochaine la suite de nos aventures américaines. Parce que je ne vous parle pas de vacances mais de Voyage. Celui qui laisse un petit goût d’émerveillement et qui en met plein les yeux. Celui qui appelle à la liberté et au dépaysement. Difficile donc de quitter cette parenthèse enchantée… Parenthèse des plus idylliques tant ce voyage est avant tout l’histoire de notre mariage.

Bye bye le blues

Se sentir triste, vouloir repartir, échafauder des plans abracadabrants pour y retourner. Je quitte le Voyage, comme on quitte son meilleur ami. Puis se replonger dans le quotidien. Un doigt de pied d’abord et avancer sans vraiment en avoir envie, jusqu’à une brasse timide qui s’éloigne du bord de la piscine. Reprendre le rythme, retrouver la grisaille et le réveil qui sonne trop tôt. Et finalement se remonter les manches, ouvrir les volets et constater que le ciel est bleu ! Oublier le blues, surfer sur la vague et profiter du petit nuage sur lequel nous sommes rentrés ! Les beaux jours arrivent, l’été se profile, voilà de quoi me consoler ! Il m’aura fallu un peu de temps, comme chaque année il est vrai, pour refermer la parenthèse. Je suis prête pour les nouvelles aventures qui nous attendent ici mais bon… c’est quand qu’on repart ?!

Laisser un commentaire