Ma boîte à souvenirs

souvenirs_pele mele

Le départ approche ! Difficile de se concentrer tant l’envie de partir est pressante. L’envie de me dire « Ca y est ! J’y suis ! » et mon esprit qui est déjà un peu ailleurs… Il vagabonde au gré de mes souvenirs. L’occasion parfaite pour piocher dans tous ceux que je garde précieusement dans une boîte aux trésors depuis mon tout premier voyage et ceux que je garde dans un coin de ma mémoire.

souvenirs_los angelles times

Des souvenirs plein les papilles

Les piques niques de fortune sur les parkings, les sandwichs en plastique achetés dans des stations services, un dîner romantique au 95e étage d’un building ou dans un restaurant qui a vu s’asseoir Al Capone. Une part de deep dish pizza à l’arrière d’une voiture, une salade avec les doigts à l’entrée d’un hôtel, un verre de vin sur une terrasse panoramique ou un mojito sur un roof top. Les serveurs qui dansent sur le comptoir d’un diner, un plat préparé dans une chambre de motel, un hot dog à Central Park ou dans les gradins d’un stade. Un menu best of dans le premier  McDonald’s du pays, une portion grasse et collante de chicken wings, les gobelets de coca de 1,5 litre et les pancakes aux myrtilles homemade (fait maison) ! Ces souvenirs n’ont l’air de rien, ils sont associés à des détails, pourtant ils sont d’une précision indélébile dans ma mémoire !

souvenirs_NYC

Hollywood Boulevard

Nous sommes en 2008 et je viens d’arriver à Los Angeles. Première fois que je pose le pied sur le sol américain, je suis survoltée ! Je souris à tout le monde, je me fais prendre en photos avec tous les gens que je croise : des sosies de Marilyn Monroe, aux rangers du Grand Canyon ; d’un charmant vendeur dans une boutique aux sauveteurs de Santa Monica. Je ne veux rien rater ! Je suis avide de chaque rencontre qui se présente ! Nous sommes sur Hollywood Boulevard. Les homeless (SDF) côtoient les essaims de touristes. Nous allons traverser l’avenue quand je suis interpellée par un homme intrigué par mon appareil photos. Il tient absolument à se faire photographier avec l’objet Playboy qu’il tient dans sa main. Me voyant saisir mon appareil, il prend la pose, puis vérifie avec moi que le résultat lui plaît et, satisfait, il poursuit sa route…

Normandie ? Connaît pas…

Dans un fast food, une jeune serveuse nous demande d’où l’on vient. Elle est surexcitée par notre accent et s’essaie aux quelques mots de français qu’elle connaît ! Elle nous questionne, nous demande combien de temps nous restons ici et les villes que nous avons déjà visitées. Quand on essaie de lui expliquer où se situe la Normandie, on lui parle du Débarquement, de 1945 mais elle ne voit pas… Un homme, un G.I., qui attend derrière nous se joint à la conversation, estomaqué qu’elle ne connaisse pas cette période. Il insiste et lui cite Omaha Beach, Utah Beach, the D-Day… Elle regrette, s’excuse mais cela ne lui dit rien. Il n’en revient pas… « God, it was the war ! » (« Mon Dieu, c’était la guerre ! »)

Des rencontres comme celles-ci, j’en ai plein mes valises ! Des furtives, des inattendues, de celles qui marquent et dont on se souvient avec plaisir. Encore un peu de patience ! Mais vivement le prochain départ 🙂

Laisser un commentaire