Coney Island mon amour

coney island postal

Pas très loin de Manhattan (au sud de Brooklyn. Plus au sud. Encore un peu plus… Voiiiilà, vous y êtes !) Au bout de la ligne F du métro et quelque 40 minutes vous voici à Coney Island.

Aaaaah Coney Island… Si je devais trouver un mot pour qualifier Coney Island… ce serait… chou 🙂 Oui, Coney Island c’est chou ! Une parenthèse enchantée tout droit sortie du XIXème. Des couleurs délavées, une ambiance retro, une fête foraine au bord de la plage. Ce n’est pas bien grand mais quel cachet !

Coney Island : des freakshows et des hot-dogs

Le temps s’est arrêté à l’époque des freakshows, heure de gloire de Coney Island. Mais si, vous savez, les spectacles d’exhibition de la femme à barbe, de l’homme-le-plus-fort-du-monde, l’avaleur d’épées et compagnie. Aujourd’hui ils se sont transformés en slideshows et relèvent plus du cirque et des numéros de cabaret.

Là tout de suite, j’ai envie de vous parler du front de mer, de la plage, du ponton qui s’enfonce vers la mer, des hot-dogs légendaires de chez Nathan’s et de son concours du plus gros mangeur et de la majestueuse wonderwheel (grande roue). Parce que pour tout vous dire, c’est pour elle que je voulais venir à Coney Island ! A la fois désuète et authentique, elle m’a toujours intriguée.

Mais ça c’était avant

Avant que Coney Island soit liée au jour de mes 30 ans, à un fou-rire dans un photomaton, aux tours de wonderwheel en amoureux, à un nounours gagné dans un stand de tir, à un hot-dog, à une balade en plein vent sur le ponton, au boardwalk (front de mer) arpenté en long-en large-et en travers, au ciel bleu et aux 30°, au bain de foule sur la plage, à une tempête de sable, à la recherche d’un mojito qu’on n’aura jamais trouvé, à un délire avec des cormorans et surtout…

A la plus parfaite des demandes en mariage.

Alors forcément, pour moi, Coney Island c’est surtout le souvenir d’une journée inoubliable.

Laisser un commentaire